Kees Bakker

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 9 août 2010

La Retirada filmée


Issu de la réflexion menée par quelques uns des participants à la rencontre-colloque organisée, du 30 janvier au 1er février 2009, à Perpignan par l'Institut Jean-Vigo autour des "archives mouvantes"de la Retirada, cet ouvrage fait le point sur la représentation donnée par le cinéma de la plus grande migration forcée des années trente en Europe.Il regroupe onze articles qui tous, par des biais divers, envisagent les images de la Retirada liées, directement ou indirectement au cinéma. Universitaires, journalistes, conservateurs de cinémathèques, des deux côtés de la frontière pyrénéenne, ont joint leurs efforts pour analyser des images qui jusqu'ici n'ont pas atteint au statut d'images de référence. Ma contribution s'intitule : "La Guerre civile espagnole et la Retirada en proie à la mémoire et à l'histoire filmées"

Accompagné du DVD de L'Exode d'un peuple de Louis Llech, film unique sur l'événement, dû au talent d'un amateur plus qu'éclairé, accompagné d'une musique originale de Virgile Goller.

Michel Cadé (réd.), La Retirada en images mouvantes, Trabucaire/Institut Jean Vigo, Perpignan, 2010.

jeudi 31 décembre 2009

Emile de Antonio : American Collage

In the framework of a retrospective of the work of Emile de Antonio in Milano Federico Rossin has edited a book on this important American documentary film director. This collection of essays gives a focus on each film of de Antonio by different authors like Peter von Bagh, Jonathan Rosenbaum, Nicole Brenez, Dario Marchiori and others. Federico Rossin wrote an introductory essay and compiled a de Antonio specific glossary. My contribution concerns the film In The Year Of The Pig (1968) and is entitled "History Like a Napalm Pie in the Face of the Spectator". But then in Italian...

Federico Rossin (a cura di), American Collage - il cinema di Emile de Antonio, Agenzia X, Milano, 2009.

Histoire de doc : Roumanie

Programme pour le festival de Lussas en 2009

La Roumanie, pays lointain et exotique jusqu’en 1989, s’est ouverte au regard européen à partir de la révolution. Ces dernières années, les États généraux du film documentaire ont montré des films documentaires roumains récents d’une grande qualité mais l’histoire du documentaire roumain reste méconnue. Ces films puisent-ils dans une riche tradition qui mérite d’être découverte ?

Malgré les périodes difficiles que le pays a traversées, secoué par les deux guerres mondiales et par le régime dictatorial qui a suivi, l’histoire du documentaire roumain est particulièrement fertile. Imprégnée par la tradition des films d’actualités et de voyages, la Roumanie a été l’un des premiers pays à s’ouvrir au documentaire ethnographique, dès les années vingt-trente. Après la seconde guerre mondiale et la création des studios Sahia, la production documentaire est devenue importante mais sous contrôle strict. De nombreux films réalisés durant les années cinquante et soixante, malgré leur portée propagandiste, sont marqués par une approche esthétique forte. La parole se libère ensuite au cours des décennies suivantes. La révolution de 1989 a logiquement marqué les films réalisés pendant cette période et nombreux sont les films qui en gardent encore la trace aujourd’hui. Histoire de doc propose un parcours qui dessinera l’évolution de cette riche histoire
du documentaire roumain.

Retrouvez la programmation et le texte du catalogue sur le site de Lussas.

Also in English : Doc History : Romania

Joris Ivens and Fumio Kamei - China, 1938

From 18 to 20 November 2008 the Beijing Normal University's School of Media and Arts, the Central Studio for Newsreel and Documentaries and China Film Archive organised an international academic conference titled "50 years of Joris Ivens and China". The life of Dutch documentary filmmaker Joris Ivens was closely linked to China over his long career. Ivens first came to in China in 1938. Over the next 50 years he shot four films about China. All became classics of documentary film. This year marks the 110th anniversary of Ivens' birth. An  wrapped up in Beijing Thursday. The organisers Zhang Tongdao and Sun Hongyun invited me for a talk in which I compared two films: one by Joris Ivens and the other by Fumio Kamei. This has now become an article, published in issue 3.1 of Studies in Documentary Film.

In 1938 both Joris Ivens and Fumio Kamei went to China to make a documentary about the war that was going on there between China and Japan. Ivens, sympathizing with the Chinese people, made The 400 Million. Kamei made Fighting Soldiers, intended as propaganda for the home front. Two films thus on the same war, but with opposed views. What does this mean for the representation and the interpretation of reality? Sketching a hermeneutic approach, this article tries to develop some possible answers to this question.

‘THEY ARE LIKE HORSES WITH BLINDERS ON’ One war, two views: Joris Ivens and Fumio Kamei, China, 1938 in Studies in Documentary Film 3.1, Intellect, Bristol, 2009, pp. 19-33.

Aux origines du documentaire

Dans le cadre du festival Filmer à tout prix (Bruxelles, 2008) et sous la forme d’un séminaire émaillée de quelques films de ma collection de 16mm, nous avons proposé, le temps d’une journée, un voyage de retour aux origines du cinéma documentaire.

Retrouvez la programmation et le petit texte du catalogue sur le site du festival (lien direct)

mercredi 8 octobre 2008

Histoire de doc : Grande-Bretagne

Programme pour le festival de Lussas en 2008

Si le documentaire n’est pas né en Grande-Bretagne, c’est dans ce pays qu’il a conquis ses lettres de noblesse. Fort d’une réflexion théorique et à la croisée de différents courants, John Grierson a développé et fait évoluer ce genre cinématographique. Autour du travail de réalisateurs fondateurs, Histoire de doc va, en cinq séances, essayer de retracer l’histoire du documentaire britannique...

Lire la suite sur le site de Lussas .

Also in English : Doc History - Great Britain

Cinema Context

Film in the Netherlands from 1896

An encyclopedia of film culture

Cinema Context provides a wonderful research tool on film culture, and especially Dutch film culture. It is a rich database with information on films, film exhibition, people and the dutch film "industry".
As the site states itself: "Cinema Context demonstrates that the heart of film culture is the screening. Without audience members, cinemas and distributors, a film does not exist; only during a screening does it come to life. The context in which a film is shown will provide a better insight into local film culture. Cinema Context consists of four data collections that inform us about the fundamentals of film culture: films, cinemas, people and companies." As such, the site is a good example of new tendancies in film historical research and at the same time rich ressource to develop this research. The project is piloted by Karel Dibbets and can serve as inspiration to film history projects in other countries. So, do not hesitate to plunge into Cinema Context (natuurlijk ook in 't Nederlands te raadplegen).

Histoire de doc : Portugal

Programme pour le festival de Lussas en 2007

Présenter l’histoire du documentaire d’un pays implique de s’intéresser, au moins en partie, à son histoire. Un programme en cinq séances est forcément lacunaire. Cela nous a donc amenés à faire des choix drastiques. En premier lieu, il ne s’agissait pas de traiter l’histoire du Portugal par ses documentaires, bien que certains des films que nous avons sélectionnés abordent inévitablement certains des épisodes historiques de ce pays. Nous ne souhaitions pas non plus présenter un programme purement chronologique et représentatif de la production portugaise. Cette sélection est donc avant tout un point de vue sur l’histoire du documentaire portugais, qui met l’accent sur les aspects esthétiques et les tendances qui se sont imposés tout au long de son histoire....

Lire la suite sur le site de Lussas.

Also in English : Doc History - Portugal

Voir aussi : Fragment d'une œuvre : Manoel de Oliveira

See also : Fragment of a filmmaker's work: Manoel de Oliveira

- page 2 de 3 -