Kees Bakker

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 16 novembre 2017

Vigo après Vigo

Archives n° 109 – 111 – Septembre 2017

"Il était temps de sortir de la célébration pure et d’historiciser la place du cinéma de Vigo dans l’histoire du cinéma en général. On y fait état de nouveaux aspects révélés par des documents d’archives qui permettent de situer Vigo dans les multiples courants de l’avant-garde. On y examine l’impact des écrits et des films sur Jean Vigo depuis la génération des années 1950. On y évoque enfin la « filiation » de Jean Vigo dans le cinéma contemporain. Ajoutons que la disparition de Luce Vigo, fille de Jean, a rendu cette publication nécessaire et urgente.
Elle nous avait confié un texte qui a de bonnes chances d’être son dernier publié – réserves faites d’éventuels textes posthumes."

Ma contribution s'intitule : Le "point de vue documenté" et la genèse du documentaire. Vous pouvez trouver l'article ici

Achetez le numéro auprès de l'Institut Jean Vigo

lundi 25 juillet 2016

Histoire de doc : Espagne - La Guerre civile et la Transition


Plutôt que de parcourir l’évolution esthétique du documentaire espagnol à travers son histoire, comme le proposait habituellement le programme Histoire de doc, nous avons choisi de porter un regard sur deux moments-clés de l’histoire de l’Espagne : la Guerre civile de 1936-1939 et la transition de la dictature de Franco vers une démocratie, au milieu des années soixante-dix. Durant ces deux périodes de chaos et d’espoirs contrariés, le cinéma a joué un rôle très important. Il fut employé à la fois pour influencer la population et/ou la communauté internationale et pour mobiliser la solidarité de part et d’autre, mais aussi comme vecteur d’idées et d’espoir. Cette courte programmation ne nous permet pas de rendre compte de la complexité politique et sociétale de ces deux périodes. Notre ambition est forcément plus modeste : approcher la manière dont le cinéma documentaire en a formé une image, une mémoire, et à quel point cette image et cette mémoire sont fortes et engageantes, bien que subjectives et faillibles, et font partie de l’écriture d’une histoire, une histoire multiple. Nous avons fait le choix de nous concentrer sur des films réalisés exclusivement au cours de ces deux périodes et ne pas ouvrir la programmation à la foisonnante production documentaire sur le sujet élaborée par la suite.

Retrouvez la programmation et le texte du catalogue : Histoire de doc : Espagne

Find the progamme and the catalogue texte : Doc History - Spain

mercredi 20 juillet 2016

Approches documentaires de la folie

CinémAction N° 159 : Les écrans de la déraison


La problématique des rapports entre la maladie mentale et les images cinématographiques reste encore peu explorée. Les quelques études qui lui ont été consacrées ont dans l’ensemble privilégié une approche sociologique, historique, voire résolument psychiatrique de la question. Le volume de publications concernant la folie au cinéma est comparativement infime au regard de celles qui ont, de longue date, tissé des liens entre cinéma et psychanalyse.

Ma contribution est l'article "Regards sur la folie : approches documentaires", que vous pouvez trouver ici.

Pour plus d'informations : les éditions Corlet

samedi 25 juillet 2015

Histoire de doc : Vélocité 40-70 & Bloody Mondays and Strawberry Pies



Johan van der Keuken n’aimait pas être défini comme documentariste ; il était cinéaste. Vélocité 40 – 70 en témoigne. Il refuse d’utiliser des images d’archives pour ce film pourtant commémoratif. Il crée des situations, compose des abstractions du réel et juxtapose des images qui n’ont, a priori, rien à voir avec le « sujet » du film. Pas vraiment des procédés « classiques » du documentaire. C’est peut-être dans cette liberté poétique, dans l’importance qu’il accorde à la dimension plastique, que le film puise sa force documentaire.
D’une autre façon et à une autre échelle, Bloody Mondays & Strawberry Pies, de Coco Schrijber, juxtapose des séquences qui n’ont a priori pas d’autres liens entre elles que ceux imaginés par le film. Elle ne joue pas sur des abstractions, mais traite d’un sujet abstrait, l’ennui, pour le confronter au réel. Comme dans Vélocité 40 – 70, nous sommes moins dans une logique explicative, forme devenue classique du documentaire télévisuel, mais davantage dans une logique associative, plus propre à la poésie. Les deux films demandent aux spectateurs de se placer dans une attitude active pour donner sens aux films. La nécessité de créer des liens, de rassembler des éléments tellement hétérogènes, nous force à aller plus loin que la seule surface des images et des sons, des textes et des musiques. Des formes aussi libres prêtent à des interprétations multiples.

Retrouvez la programmation et le texte du catalogue ici

Find the progamme and the catalogue texte here

jeudi 25 juillet 2013

Histoire de doc : La Belgique


Films contemporains ou œuvres de patrimoine, le documentaire belge est, chaque année, bien représenté dans les programmations des États généraux du film documentaire. Il nous a tout de même semblé important de revenir sur l’histoire du documentaire en Belgique, pays qui, dès l’origine du documentaire, a joué un rôle important par la richesse et la diversité des œuvres qu’il a produites.
Nous avons élaboré ce programme à partir de quatre tendances représentatives, voire constitutives, du documentaire belge au vingtième siècle. Cette « Histoire de doc : Belgique » n’est pas abordée d’une manière purement chronologique mais souligne quelques fortes tendances, dont certaines perdurent tout au long de l'histoire du cinéma belge. Comme dans d'autres pays d’Europe, le cinéma d'avant-garde a influencé fortement le cinéma documentaire. Puis, dès les années trente, le documentaire s’est orienté vers le cinéma social et engagé : témoin ou véhicule de propagande de l'histoire coloniale, mais aussi moyen pour analyser d'autres formes artistiques.

Retrouvez la programmation et le texte du catalogue : Histoire de doc : La Belgique

Find the progamme and the catalogue texte : Doc History - Belgium

mercredi 25 juillet 2012

Histoire de doc : Les pays baltes


Lituanie, Lettonie, Estonie : trois pays dans le Nord-Est de l’Europe qui partagent une histoire récente mouvementée. Trois pays dont la qualité de la production documentaire est régulièrement remarquée, ces dernières années, dans les festivals et sur les chaînes de télévision. Trois pays qui mériteraient sans doute d’être  considérés  individuellement parce qu’ils ont leur propre histoire et culture.
Nous aurions pu nous concentrer sur l'un de ces trois pays ou proposer une « Histoire de doc » trois fois plus longue... Chacun d’eux mérite bien une telle attention et pourtant, nous avons choisi de les réunir. Ce n’est pas seulement leur destin commun qui nous a conduits à prendre cette décision mais également les parallèles évidents que nous pouvons établir entre les évolutions du film documentaire en Estonie, en Lettonie et en Lituanie.

Retrouvez la programmation et le texte du catalogue : Histoire de doc : Les pays baltes

Find the progamme and the catalogue texte : Doc History - The Baltic Countries

lundi 25 juillet 2011

Histoire de doc : Tchécoslovaquie


En 2008, le programme « Route du doc » du festival de Lussas a présenté des productions documentaires récentes de République tchèque et de Slovaquie. Malgré des styles et des approches différents, l'ensemble de ces films reposait sur une certaine tradition documentaire. À partir de films réalisés entre 1918 et 1992, « Histoire de doc » propose cette année d’analyser comment cette tradition cinématographique s’est forgée.

Retrouvez la programmation et le texte du catalogue : Histoire de doc : Tchécoslovaquie

Find the progamme and the catalogue texte : Doc History: Czechoslovakia

vendredi 20 août 2010

Fragment d'une œuvre : Jørgen Leth


Si Jørgen Leth n’est pas un nom inconnu dans le monde du documentaire, qui connaît son œuvre ? En prolongement du programme « Histoire de doc », consacré cette année au Danemark, nous avons souhaité revenir sur l’œuvre de ce grand cinéaste, auteur et artiste.

Retrouvez les informations de la rétrospective Fragment d'une œuvre : Jørgen Leth

The retrospective in English : Fragment of a Filmmaker's Work : Jørgen Leth

- page 1 de 3